Les différentes espèces de moustiques en France

Les différentes espèces de moustiques en france

Dans le monde, il existe 3500 espèces de moustiques. Encore appelés culicidae, les moustiques ne sont pas tous dangereux. En France en particulier,  il existe 65 espèces dont une quinzaine est susceptible de piquer, avec pour majeure conséquence la transmission de maladies à l’homme ainsi que le développement des allergies. Ces espèces  sont regroupées en catégories à savoir les Aedes, les anophèles, les Tipules et les culex. Sans plus tarder, découvrez les spécificités de chaque espèce.

Les Aedes

Aedes signifie chanteur, nom donné en raison du bruit qu’ils font lors de leurs vols. Ils se laissent porter par le vent ce qui leur permet  de faire des centaines de kilomètres en une seule journée. Concernant le mode de reproduction, les femelles pondent leurs œufs sur une surface proche de l’eau. Ces œufs ont la capacité d’interrompre leur développement pendant plusieurs années. Une fois que l’œuf a éclot, il faut 8 à 10 jours pour donner un insecte adulte. Ces insectes sont des espèces diurnes c’est-à-dire qu’ils sont plus actifs en journée qu’en soirée et sont  responsables des maladies telles que la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune. En outre, ces moustiques sont issus de l’Afrique et sont subdivisés en 3 sous-catégories.

Aedes Caspius

Plus répandue en Camargue, il mesure 5mm, coloris roux avec des bandes claires sur le thorax dans le sens horizontal et des bandes blanches sur les pattes

Aedes Aegypti

Mesure également 5 mm, sombre de couleur, il possède une tâche en forme de lyre sur le thorax et possède aussi des marques blanches sur les pattes. Il est très répandu dans les zones tropicales.

Aedes Albopictus

Plus connue par son spécimen appelé moustique tigre, c’est l’une des espèces les plus répandues au monde. Elle possède quatre styles de coloris et une ligne blanche longitudinale unique visible sur le scutum.

Les anophèles

Le nom anophèle signifie inutile, plus connue pour la transmission du paludisme par le biais du plasmodium. L’extension de l’anophèle gambiae a été favorisée par la riziculture, ils se dispersent sur quelques kilomètres uniquement et sont assez actifs en journée comme en soirée.   Ils sont insonores, leurs ailes sont tachetées. Les femelles pondent 50 à 200 œufs qu’elles déposent à la surface de l’eau. Sous un climat tempéré, l’éclosion met 2 à 3 semaines et 2 à 3 jours sous un climat tropical. S’agissant de leur durée de vie, il est d’une semaine pour le mâle et de deux mois pour la femelle.

Les Tipules encore appelés Cousins

Bien qu’il soit assez différent du moustique tel que nous le connaissons tous, le Tipule est classé parmi les diptères, tout comme le moustique. Faut-il y voir la raison de son appellation de « Cousin » ? En effet, ils appartiennent à des familles différentes malgré leur apparente ressemblance et le Tipule, aussi étonnant que cela puisse paraître, ne pique pas. Toutefois,  il reste nuisible à travers ses larves qui causent beaucoup de dommages dans les champs et les semailles. C’est la raison pour laquelle il faut sans cesse chercher des astuces pour s’en débarrasser sans toutefois endommager vos plants.

Culex

Qui est l’espèce la plus répandue en France se retrouve partout : milieu tropical, milieu tempéré, dans les campagnes et dans les villes. Ce type d’insecte est  subdivisé en deux sous-espèces.

Le culex Pipiens

Il n’est aucunement pathogène, il a la propriété d’être extrêmement nuisible, car, il opère lorsque le jour décline. En effet, il agit durant la nuit troublant ainsi le sommeil de ses victimes. De plus, bien qu’il soit inoffensif, s’il advient qu’il se nourrisse d’une victime malade, alors il devient à son tour transmetteur de maladie. Cette espèce fréquente les eaux stagnantes comme celle des piscines et les eaux usées mais pas les étangs.

Le culex Quinquefasciatus

Le quinquefasciatus quant à lui est porteur de maladies telles que la filariose et la fièvre du Nil. Fort heureusement, cette espèce à peu de chance d’être recensée sur le territoire français, elle est perceptible en Amérique et en Asie.

Conclusion

Les moustiques en France sont très répandus et très résistants aux insecticides. Contrairement aux préjugés, ils ne sont pas tous offensifs. Néanmoins, il est important de prendre ses précautions, car nul n’est à l’abri de la transmission d’une maladie ou d’autres dommages qu’ils peuvent causer.